L’avenir de l’eau, petit précis de mondialisation II – Erik Orsenna, invité des Entretiens d’Issy

Erik Orsenna était hier soir, lundi 12 avril 2010, l’invité de Monsieur André Santini, Député Maire d’Issy-les-Moulineaux dans le cadre des Entretiens d’Issy.

Après une courte introduction de Monsieur Santini, dont le message principal était que l’inégalité d’accès à l’eau sur Terre est plus problématique que le manque d’eau, Monsieur Orsenna nous a plongé au cœur de sa réflexion sur l’avenir de l’eau.

« L’eau est le miroir aigu et pertinent des sociétés : dis moi comment tu distribues ton eau et je te dirai quel type de société tu es. »

Selon Erik Orsenna, il n’existe pas de crise mondiale de l’eau : elle est intransportable, fragile et inégalement répartie.

La question de l’eau oblige donc à se pencher sur la géographie, voire même sur la géopolitique du monde. Une « ONU » de l’eau n’aurait donc aucun sens.

Cependant, une action locale, unilatérale, engendre des problèmes d’approvisionnement à l’échelle internationale.

Exemple : Pour améliorer l’approvisionnement en eau de la ville de Calcutta, l’Inde a construit 2 barrages sur le Gange. Elle a ainsi privé le Bangladesh d’un débit suffisant, diminuant la productivité du riz. La population du Bangladesh afflue alors massivement vers Calcutta, ce qui pose de nouveau le problème de l’approvisionnement en eau.
Sans discussions internationales sur le sujet, le serpent se mord la queue et les risques de conflit augmentent.

Quelle est donc la zone pertinente de partage ?

En France, la répartition est plus ou moins équitable grâce à une gestion dite « de bassins ».
Quand on sait que 90% des cas de rareté de l’eau sont dus à une paresse politique, il est clair que l’eau doit monter dans l’ordre des priorités des gouvernements.

L’approvisionnement en eau ne devrait plus être pensé sans son assainissement.

2 milliards 600 millions d’êtres humains ne disposent actuellement pas de toilettes. Quand on habite dans une zone rurale, il est toujours possible de se soulager derrière un arbre. Or, la population urbaine mondiale est en constante augmentation. Une eau souillée et non dépolluée présente un risque sanitaire majeur pour ces populations.

Gestion publique Vs Gestion privée

L’eau est un bien commun, mais doit-elle pour autant être gérée par une administration publique ?
Le secteur public n’a pas le monopole du service public. Les délégations de services publics ont fait leur preuve.
La question de la rémunération des opérateurs privés est cependant soulevée : Pourquoi, en France, nos délégataires sont payés au volume ?

Ils nous poussent à la consommation d’une ressource rare pour gagner plus d’argent !
De même, les profits des délégataires ne sont jamais aussi nombreux que lorsque la France connaît la sécheresse !
Il faut trouver alors les vraies clés de la performance pour un tarif plus conforme à la rareté.

Lorsqu’un élu installe une nouvelle usine de traitement de l’eau, il mène une opération visible à court terme. Qui dit nouvelle usine dit nouveau fournisseur donc possible cadeau de bienvenue etc…

Mais lorsqu’un élu a le courage de réhabiliter son réseau, il peut s’attirer les foudres de ses administrés : durée des travaux, coût, embarras des riverains. Il mène ainsi une opération invisible mais à long terme.
Malgré la pression électorale, un élu doit toujours viser le long terme lorsqu’il s’agit de la question de l’eau.

L’avenir de l’eau en question

L’agriculture mondiale consomme 69% des ressources mondiales en eau potable. Elle doit toujours produire plus, à moindre coût.

Les questions que nous devons nous poser aujourd’hui :

  1. Est-ce que je préfère payer un peu moins cher mes produits frais, avec l’argent du chômage OU est-ce que je préfère payer un peu plus cher, avec l’argent de mon salaire ?
  2. Est-ce que je mange selon mes besoins ou selon mes envies ? 13 000 litres d’eau sont nécessaires pour produire 1kg de viande. La consommation mondiale de viande explose, sans que cela se justifie sur le plan nutritionnel ; alors qu’est-ce que je mets dans mon assiette ?

Il y a une tendance générale au réchauffement climatique, augmentant les zones de stress hydrique.
Les guerres de l’eau tendent à se multiplier, avec des conflits plus nombreux, plus violents et de plus grande envergure.
Les premières émeutes de la faim ont éclaté, sans qu’un euro supplémentaire n’ait été investi dans l’agriculture.

Erik Orsenna a conclu son exposé par une citation de François Mitterrand :

« Soit nous inventons une civilisation urbaine, soit il n’y aura plus de civilisation. »

Pour plus d’informations sur les recherches d’Erik Orsenna, rendez-vous sur son blog

Qui est Erik Orsenna ?

Erik Orsenna

Académicien, conseiller d’Etat et romancier, Erik Orsenna écrit depuis toujours et publie de nombreux romans : L’exposition coloniale (Le seuil, 1988, Prix Goncourt), Grand amour (Le seuil, 1993), Madame Bâ (Stock, 2003) …
Spécialiste de la finance internationale et de l’économie de développement, il s’intéresse particulièrement aux matières premières.
C’est en 2006 qu’il commence à publier ses « Petits précis de mondialisation » avec Voyage au pays du coton (Fayard, 2006) et L’avenir de l’eau (Fayard, 2008)

Publicités

3 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Pierre dit :

    Si cet homme fait d’autres conférences ça pourrait m’intéresser. Intéressant de dire que certains barrages ne font que déplacer les populations et donc ne résolvent aucun problème par exemple.
    Tout ce qu’il dit m’intrigue et j’aimerai en savoir plus, par curiosité

    J'aime

    1. Bonjour Pierre,
      Tu peux lire ses petits précis sur la mondialisation : Voyage au pays du coton (Fayard, 2006) ainsi que L’avenir de l’eau (Fayard, 2008)
      Si j’apprends qu’il intervient lors d’autres conférences, je te tiendrai informé.

      J'aime

  2. Hollville dit :

    Bonjour,

    Vous pouvez consulter plusieurs conférences sur le site internet http://www.planetemodedemploi.fr dont une sur l’eau avec Erik Orsenna.

    Cordialement,
    Julie

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s