Qualité des eaux européennes dégradée : les conséquences sur notre santé

Un récent rapport de l’Agence Européenne de l’Eau (AAE) confirme que la pollution chimique reste omniprésente dans les rivières et mers d’Europe malgré un attirail de législations. 

Dans la liste des pollutions, nous trouvons les métaux lourds, les pesticides, les médicaments, les phénols, les phtalates et autres perturbateurs endocriniens… 

Savez-vous ce que l’on entend par perturbateurs endocriniens ?
Il s’agit de molécules ou agents chimiques qui agissent sur l’équilibre hormonal des espèces vivantes (dont l’homme fait bien sûr partie)
1. Un perturbateur endocrinien est un leurre hormonal non toxique : il perturbe un organisme de manière discrète et parfois difficile à détecter.
2. Il induit des effets nocifs sur la croissance, le développement, le comportement, les fonctions sexuelles et reproductrices… bref sur la santé d’un organisme intact et de ses descendants

Ainsi, lors de la journée mondiale de l’eau de 2010, j’avais pu assister à l’exposé du Professeur René Habert, Professeur à l’Université Paris 7- Directeur de l’UMR gamétogenèse et génotoxicité, sur les effets des perturbateurs endocriniens sur le système reproductif de l’homme. 

Prenons pour exemple un homme de 30 ans : la qualité de son sperme et la vivacité de ses spermatozoïdes sont divisées par 2 par rapport à son grand-père.
On note donc une dégradation progressive des fonctions de reproduction masculine au cours des dernières années, en passe de devenir un problème majeur de santé publique. 

Les humains ne sont pas les seuls concernés. Ainsi, en observant la faune sauvage, on note une féminisation de poissons des rivières d’Ecosse, d’alligators de Floride, sous l’effet d’une accumulation de polluants. 

Les produits chimiques sont aujourd’hui omniprésents dans l’environnement, et n’épargnent pas les eaux douces et marines d’Europe. 

Boire de l'eau : un acte dangereux ?

Eaux douces européennes
Ainsi, une étude de la Commission européenne a cherché 60 substances dans 122 rivières et 164 points d’eau souterraine.

Résultats :
– 60% des rivières analysées
– 25% des eaux souterraines cumulaient l’ensemble des substances
– 1/3 de ces nappes contenaient un pesticide dépassant la norme européenne de 0.1 nano gramme par litre

Mers & océans européens
Même si on note un recul des substances chimiques, les teneurs en PCB(*) restent préoccupantes, notamment sur toutes les côtes françaises.
Les émissions de mercure ont diminué de 75% en mer du Nord. Polluant très persistant qui voyage vers des zones où les activités humaines sont pourtant limitées, il est présent à un niveau alarmant dans le sang des femmes au Groenland. 

Une législation en retard sur les nouveaux défis
La législation européenne est relativement fournie : 
– directive IPPC (Integrated pollution prevention and control)
– législation contre les PCB
– interdiction du Tributyltin (TBT, biocide)
– directive Environmental quality standards (EQSD)
– directive Reach pour mieux informer et responsabiliser les industriels
– création d’un registre, le « European pollutant release and transfer « , qui inventorie les sources et la diffusion de substances chimiques prioritaires par les industriels 

Conclusion
– les doses de produits chimiques restent donc très préoccupantes dans les eaux européennes. (surtout pour les polluants persistants)
– il faut améliorer le traitement des eaux, surtout les eaux des villes
– il faut développer la chimie verte, en proposant une législation européenne proactive en la matière

(*) Zoom sur les PCB
Les PCB (polychlorobiphényles) et les PCT (polychloroterphényles), désignés par l’abréviation « PCB », ont été fabriqués industriellement à partir de 1930. Leur production est arrêtée depuis les années 80.
Leur stabilité chimique et leur ininflammabilité ont conduit à utiliser ces produits principalement comme huile, lubrifiants dans les turbines et les pompes, dans la formation des huiles de coupe pour le traitement du métal, les soudures, les adhésifs, les peintures et les papiers autocopiants sans carbone…
Les PCB ont une longue persistance dans l’environnement et peuvent être transportés sur de grandes distances dans l’environnement. En effet, les PCB sont des substances très peu biodégradables qui, après rejet dans l’environnement, s’accumulent dans la chaîne alimentaire. Ces composés se retrouvent ainsi dans tous les milieux de l’environnement : air, sol, eau, sédiments, mais aussi après transfert, dans les plantes, les animaux et chez les hommes.
Les effets chroniques entraînent des dommages du foie, des effets sur la reproduction et la croissance. Les PCB sont classés en tant que substances probablement cancérigènes pour l’homme.

Aller + loin dans vos lectures :
– site Novethic : article dédié aux perturbateurs endocriniens
– site du gouvernement sur le développement durable
– actu-environnement.com : les eaux européennes

[Sources : sites actu-environnement.com, Wikipedia, pnrpe.fr, developpement-durable.gouv.fr]

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s